Baccano!

Publié le par Zazen Rouge

En ce moment les fans d'animation japonaise sont tout feu tout flamme pour une série dont le cadre est le mythique quartier d'Ikebukuro à Tôkyô: "Durarara!!" . Malgré la présence de certains personnages sympathiques, je n'y ai personnellement pas du tout accroché. C'est sans doute parce que les théories qui tendent à présenter la Tôkyô actuelle comme une Babylone moderne m'agacent profondément (que l'on ne s'y méprenne pas, j'adore Tôkyô!). Toujours est-il que j'ai décidé de donner sa chance à "Baccano!", produit par le même studio et sorti avant Durarara!!. Grand bien m'en fit!

 

http://img709.imageshack.us/img709/552/indeximager3c7.jpg

Des années 30 fantasmées: Camorra et légendes urbaines aux Etats-Unis

 

Titre: "Baccano!"

Titre original: バッカーノ! ("Bakkaano!")

Directeur: Takahiro Oomori

Studio: Brain's Base

Date de sortie: 2007

Nombre d'épisodes: 13, plus 3 épisodes spéciaux parus après la fin de la série

Scénario: d'après les romans de Ryôgo Narita

 

Difficile d'en résumer l'histoire sans lui faire perdre sa saveur. Disons que la majorité des épisodes se passe dans les années 30 à bord d'un train qui parcourt les Etats-Unis. Le Flying Pussyfoot, c'est son nom, devient rapidement la proie de divers gangs mafieux mal intentionnés. Tout dérape quand les acteurs de la prise d'otage commencent à disparaître dans d'étranges circonstances. Serait-ce l'oeuvre du légendaire Rail Tracer, un monstre qui dit-on engloutirait les passagers des trains pour ne laisser aucun survivant à l'aube? Le scénario est en réalité plutôt classique et pourrait même être considéré comme moyen s'il se déroulait dans l'ordre chronologique. Et c'est là tout le génie de "Baccano!": l'intrigue est découpée en courtes scènes, qui sont réorganisées au service du dynamisme. Le spectateur s'amusera à tout remettre en ordre pour avoir le fin mot de l'histoire. Mais cette déconstruction des épisodes n'a pas autant pour but de semer la confusion dans notre esprit (procédé utilisé dans "La Mélancholie de Haruhi Suzumiya") que de nous divertir. Les dates des évènements sont clairement indiquées avant chaque passage, et les noms et visages des personnages sont rappelés à chaque générique pour faciliter la compréhension.

 

 

 

Parlons-en des personnages! Ils sont tout d'abord extrêmement nombreux pour une série aussi courte que celle-ci. Je compte déjà une vingtaine de protagonistes principaux qui se partagent un temps à peu près égal à l'écran. Tous ont leurs petits côtés attachants et bénéficient de voix japonaises de qualité. On ne reste pas insensible face aux bouffonneries d'Isaac  et Miria (couple qui aurait pu tourner Bonnie et Clyde s'il n'était pas tant Laurel et Hardy), à  Luck Gandor et à son charisme, à la folie enthousiaste de Ladd Russo et aux changements d'humeur de son admirateur Graham Specter. Même un bon à rien malhonnête pourra devenir clé dans le déroulement l'enquête, et un pleurnichard comme Jacuzzi Splot avoir ses moments de grandeur sans toutefois tomber dans l'excès. Infime bémol: un Czeslaw Meyer trop prévisible. J'ai souvent de bonnes surprises avec les séries inspirées de livres (exemple: "Môryô no Hako") dans le sens où l'on évite les conclusions tirés par les cheveux car non prévues à l'avance, ainsi que le mauvais travers des shônen (mangas visant un public masculin jeune) qui est d'introduire de nouveaux personnages pour masquer les lacunes du scénario. Ici, tous les personnages sont présentés dès le début sans que cela empêche les retournements de situation. On notera l'obsession de Ryôgo Narita pour les jôhô-ya ( 情報屋 - revendeurs d'informations) et les femmes muettes...

 

http://i48.tinypic.com/2usapup.gif

Slapstick comedy!

 

Non, vous ne vous ennuierez pas une minute devant "Baccano!" et son huis clos ferroviaire. Une alchimie se produit entre les éléments mis en place petit à petit, l'action et les musiques entraînantes, alchimie qui fait que l'on adhère de bon coeur aux tournures délirantes des derniers épisodes. Et vous serez encore plus ravis si comme moi vous avez un penchant pour les trains à vapeur et les psychopathes ambivalents.

 

Communiqué n°1: Grâce aux efforts de nos familles, il semblerait que Vert, Cocoline et moi-même ayons de fortes chances de nous retrouver en collocation dans un appartement à la Défense. Si tout se passe bien, vous serez conviés à venir prendre le thé dans la Communauté du Coco Frigo à partir de septembre.


Communiqué n°2: Le site Otaku Inside recrute en ce moment des rédacteurs pour écrire des articles sur la culture, les bandes dessinées, les dramas japonais et coréens, etc. Il s'agit d'une activité bénévole, mais si cela vous intéresse, ça se passe par ici.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vert 08/06/2010 16:38



En effet, ça ressemble pas au train dans la tête de notre npc principal préféré!



Zazen Rouge 08/06/2010 17:09



Sauf quand c'est Shinji sous coke, là c'est plus des trains qu'il a dans la tête, c'est des avions Concorde qui se transforment en méchas.