Quelques raisons de visiter Shikoku

Publié le par Zazen Rouge

Avant de m'envoler pour Shikoku, il serait de bon goût que je vous présente – au moins brièvement – cette île dont on connaît le nom mais moins le visage. J'avoue que, n'ayant séjourné que deux courtes journées là-bas, je me sens assez peu la légitimité de vous faire un portrait exhaustif de la région. Mais en tant que voyageuse ayant un peu roulé sa bosse dans les provinces du nord du Japon (préfectures de Fukushima, Miyagi, Iwate, Yamagata, Akita...), je ne peux que défendre la cause des campagnes japonaises, si riches culturellement, et pourtant boudées par les touristes. Revenons sur le cas de l'île de Shikoku, qui a particulièrement besoin que l'on s'intéresse à elle après avoir été rudement touchée par le typhon Talas au début du mois de septembre.

Shikoku

      Shikoku (source: Wikimedia Commons)

Shikoku, c'est où déjà?

Shikoku, c'est cette île qui fait partie des quatre grandes îles du Japon (les autres étant du nord au sud: Hokkaidô, Honshû et Kyûshû) et que l'on a tendance à oublier parce qu'elle est plus petite que ses trois comparses. Sa population est d'environ 4 millions d'habitants (d'après des statistiques de 2010), soit un peu moins que l'Irlande, pour un poids économique à peu près comparable.

Shikoku (四国) signifie « les quatre provinces », en référence aux quatre provinces qui constituaient l'île: Sanuki (讃岐), Tosa (土佐), Iyo (伊予) et Awa (阿波). Celles-ci correspondent aux préfectures actuelles de Kagawa, Kôchi, Ehime et Tokushima.

  • Kagawa (香川): le chef lieu de cette préfecture n'est autre que Takamatsu, qui a été désignée comme quartier général de l'équipe des Shikoku Tours 2011. Vous en saurez donc plus sur cette ville dans les mois qui suivent! Comme les trois autres préfectures, Kagawa a subi un processus de personnification (擬人化 – gijinka) avec la mascotte Kaoru Sanuki. L'auteur de ses transformations d'entités administratives en personnages serait l'artiste Risumai. Chaque jeune fille possède un nom qui rappelle l'ancien nom de la préfecture qu'elle représente. Kaoru Sanuki a déjà été surnommée « Udon » par les internautes japonais à cause de la spécialité de Kagawa: des nouilles accompagnées de bonite séchée et/ou d'algues, les Sanuki udon!

    Kagawa

    Sanuki Kaoru

    Kaoru Sanuki (source: otanews)

  • Kôchi (高知): le chef lieu de Kôchi n'est pas difficile à retenir puisqu'il s'agit de... Kôchi! Cette ville est aussi le lieu de naissance du personnage historique Ryôma Sakamoto, qui a grandement aidé le Japon à en finir avec le féodalisme pour entrer dans la modernité. Une des spécialités de la préfecture est le katsuo-tataki, autrement dit la bonite grillée. La mascotte de Kôchi se prénomme Ryô Tosa. Si certains Japonais sont déçus par ses apparences masculines, je doute que ce design soit purement fortuit, vu que le prénom « Ryô » fait certainement allusion à la figure masculine de Ryôma Sakamoto.

    Kochi

    Tosa Ryô

    Ryô Tosa (source: otanews)

  • Ehime (愛媛): le chef lieu de la région est Matsuyama, connu pour son château et le Dôgo onsen, l'une des plus vieilles sources chaudes répertoriées au Japon. Ehime se spécialise dans la production de mandarines (みかん – mikan), mais également de divers agrumes dont les noms sont peu connus dans nos contrées: iyokan, ponkan, dekopon, kiyomi... Sa jeune mascotte s'appelle Ai Iyo, un nom à consonances mignonnes puisque ai () signifie « amour ».

    Ehime

    Iyo Ai

    Ai Iyo (source: otanews)

  • Tokushima (徳島): encore un chef lieu facile à se remémorer puisque la ville porte elle aussi le nom de Tokushima. On connait la préfecture pour ses rivières, ses gorges boisées et ses côtes abritant des plages sablonneuses. Côté culture, Tokushima est chaque année le théâtre d'un festival de danses populaires, l'Awa Odori. Il n'est donc pas surprenant que la mascotte locale se nomme Awana Awa. Celle-ci porte dans ses cheveux une fleur de sudachi (un agrume japonais) et est accompagnée d'un héron blanc (白鷺 – shirasagi), tous deux symboles de la préfecture.

    Tokushima

    Awa Awana

    Awana Awa (source: otanews)

 

Un terrain de jeux pour les amoureux de nature

Un bel avantage de l'île est qu'elle donne accès à de jolis coins de nature. La liste que je m'apprête à vous dresser est loin d'être exhaustive et ne comporte que des lieux réputés. Mais qui sait prendre son temps découvrira des trésors hors des sentiers battus... Shikoku, c'est d'abord la mer, et notamment la mer intérieure de Seto. Entre les possibilités de croisières en bateau et les traversées d'une île à l'autre en empruntant les ponts modernes qui enjambent cette mer (en voiture, mais aussi à vélo), vous aurez de quoi admirer quelques sublimes paysages et leurs mille-et-une petites îles. Les côtes des préfectures de Kôchi et de Tokushima donnant sur l'océan Pacifique recèlent de belles plages de sable où il est possible de se baigner. Mais la zone est également très appréciée des surfers. La faune marine permettra aux chanceux d'apercevoir des baleines, des dauphins, des récifs de coraux ou encore des tortues de mer. Une curiosité: les tourbillons naturels de Naruto qui peuvent atteindre jusqu'à 20 mètres de diamètre!

SetouchiUne vue sur la mer intérieure de Seto (source: Wikimedia Commons)

Les amateurs de sensations fortes ne seront pas déçus. Ils pourront se laisser entraîner en raft par les rapides des gorges de Koboke pendant que les autres profiteront des couleurs chatoyantes de la végétation des gorges d'Oboke. Pourquoi ne pas se promener dans les vallées de Shikoku? Dans celle de l'Iya , les plus courageux tenteront la traversée des quelques ponts suspendus en lianes qui y ont été préservés. La vallée de Kankakei est un endroit particulièrement appréciable en automne, lorsque les feuilles d'érables rougissent. Pour les randonneurs, il est possible de passer la journée à escalader le mont Ishizuchi (1982 m) ou le mont Tsurugi (1955 m). Et si vous préférez une nature plus maîtrisée, vous pourrez mettre les pieds dans le jardin Ritsurin de Takamatsu, un des plus célèbres jardins japonais, pas moins de trois étoiles dans le guide Michelin!

KankakeiDans la vallée de Kankakei (source: Wikimedia Commons)


De grandes richesses culturelles

Vous préférez mettre à profit vos vacances pour visiter toutes sortes de musées et de lieux historiques? Qu'à cela n'en tienne! Shikoku répondra pleinement à vos attentes avec son pèlerinage des 88 temples (四国遍路 – Shikoku henro). Le moine fondateur de la secte bouddhiste Shingon, Kûkai (774 - 835), aussi connu sous le nom de Kôbô Daishi, est né à Shikoku, où un nombre important de temples lui sont associés. Le pèlerinage s'étend sur près de 1200 kilomètres et relie plus d'une centaine de temples, dont les plus importants sont au nombre de 88. Il débute au Ryôzen-ji dans la préfecture de Tokushima, fait le tour de Shikoku dans le sens des aiguilles d'une montre pour se terminer au temple d'Okubo-ji dans la préfecture de Kagawa. Un excellent moyen de découvrir les secrets de l'île, mais qui nécessite du temps et un budget à prévoir à l'avance.

IshitejiLa porte du temple Ishite-ji, 51ème sur la route des 88 temples (source: Wikimedia Commons)

Rien n'empêche les voyageurs pressés de ne visiter que les temples qui les intéressent. Les architectes et paysagistes ne manqueront pas les temples Chikurin-ji et Ishite-ji. D'autre part, les lieux historiques extérieurs au pèlerinage abondent. Voyez par exemple le sanctuaire shintô de Kotohira-gû et le Kanamaru-za, le plus ancien théâtre de kabuki conservé au Japon. Nombreuses sont les forteresses: château de Matsuyama haut de 132 mètres, château de Kôchi, de Marugame et ses fondations colossales... Shikoku possède une légion de musées consacrés à l'art contemporain, à l'artisanat local ou à des personnages historiques comme Ryôma Sakamoto. Ne les ayant pas visités, je ne puis vous en faire la critique, mais évoquons tout de même quelques lieux connus: le musée en plein air de Shikoku-mura sur l'artisanat populaire et sa galerie conçue par l'architecte Tadao Ando, le musée dédié au personnage Anpan-man, petit bonhomme de pain à la pâte de haricots rouges, et le théâtre de marionnettes et musée de la demeure de Awa Jurobe où l'on peut assister à des pièces de théâtre de poupées.

MatsuyamaChâteau de Matsuyama (source: Wikimedia Commons)

Côtés festivals et évènements, le clou du spectacle est évidemment la danse Awa Odori, tous les ans du 12 au 15 août. Ces danses folkloriques ont lieu pendant la période de O-bon, la fête des morts. Les hommes dansent avec énergie au son des tambours, des shamisen et des flûtes, tandis que les femmes esquissent des gestes élégants. Surnommée la « Danse des Fous », vieille de 400 ans, il s'agit d'un événement très joyeux qui attire plus d'un million trois-cents mille visiteurs! Toujours dans le même registre, le Festival Yosakoi de la ville de Kôchi est tout aussi vivant, avec ses danses populaires qui vous donnent envie de bondir parmi les participants. Le festival des taiko de la ville de Niihama promet des performances impressionnantes de la part des joueurs de tambours. Comme partout ailleurs au Japon, les rites d'origine shintô sont pléthore. Un exemple: le Saijô Matsuri et son défilé de chars sacrés de cinq mètres de haut. Enfin, la prochaine édition du Festival International des arts de Setouchi, qui expose des œuvres contemporaines sur plusieurs îles de la mer intérieure de Seto, devrait avoir lieu en 2013, ce qui vous laisse le temps de prévoir votre voyage!

Awa OdoriPut your hands up for... Awa Odori? (source: Wikimedia Commons)

 

Un Japon où il fait bon vivre

Vous avez pu voir que Shikoku n'est pas inintéressante d'un point de vue touristique. Si vous le pouvez, séjournez donc plusieurs jours au même endroit, histoire d'aller à la rencontre des habitants, de découvrir des restaurants inconnus mais délicieux... En parlant de nourriture, la gastronomie locale a de quoi faire saliver. Fruits et légumes sont cultivés en abondance: patates douces kintoki, poires Niitaka pouvant peser près d'un kilo chacune, agrumes en tous genres... Les nouilles Sanuki udon et la bonite grillée que j'ai déjà évoquées, les raamen de Tokushima, les brochettes de poulet grillé et croustillant imabari yakitori, le riz à la dorade tai-meshi, la soupe de sarrasin sobagome zosui, les racines de lotus, les ormeaux, la marmite de patates imotaki, les gâteaux de poisson jakoten,boulettes sucrées à base de pâte de riz Bocchandango... La liste de plats à découvrir est longue!

Katsuo tatakiVous reprendrez bien un peu de bonite grillée! (source: Wikimedia Commons)

Si bien des voyageurs ont aujourd'hui conscience que le Japon ne se limite pas à Tôkyô et Kyôto, beaucoup font l'impasse sur Shikoku. L'ambiance sur l'île, beaucoup moins internationale que dans les villes de la mégalopole, peut susciter des craintes, mais il est possible de visiter les environs sans parler le japonais et certaines de mes connaissances l'ont d'ailleurs fait. L'important est de prendre son temps. Car les charmes les plus attrayants de Shikoku se révèlent à ceux qui savent se montrer patients. Il est très agréable de se déplacer à bord des trains tranquilles qui sillonnent les campagnes, et vous ne regretterez sans doute pas de traverser l'île à leur bord. La détente est aussi de mise dans les sources thermales. Si le Dôgo onsen reste le plus connu, il est loin d'être le seul bain à Shikoku. Avec un peu de chance, des Japonais curieux viendront vous frotter le dos par sympathie!

Shikoku trainAnpanman se décline même sur les trains de Shikoku! (source: Wikimedia Commons)

Vous vous demandez peut-être comment je peux être si positive au sujet de Shikoku alors que je la connais mal dans les faits. En réalité, plus j'en apprends sur la région, plus je constate une chose: les gens biens vont à Shikoku. Cela ne veut évidemment pas dire que tous les gens qui vont à Shikoku sont des gens biens! Mais les véritables passionnés, les amoureux du Japon, les grands voyageurs, tous se retrouvent là-bas à un moment ou à un autre. Lorsque j'étais au lycée dans la préfecture de Fukushima, je me suis liée d'amitié avec une Américaine, quelqu'un d'une érudition remarquable en ce qui concerne la culture japonaise, et pourtant d'une modestie à toute épreuve. Où pensez-vous qu'elle soit allée lorsqu'elle a pu retourner au Japon? Elle a passé un an à travailler dans une ferme organique de la préfecture de Tokushima par le biais du WWOOF, une expérience inoubliable selon ses dires et je la crois volontiers quand je regarde avec envie ses albums photos. Quant à mes senpai de Shikoku Muchûjin, la plupart d'entre eux se sont empressés de retourner sur les lieux de leur voyage. Je vous invite vivement à consulter leurs sites (vous trouverez un annuaire ici) car ce sont de véritables mines d'informations qui vous donneront une envie furieuse de vous rendre à Shikoku!      

Publié dans Shikoku Muchujin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aurélie 21/03/2016 19:10

Bonjour, me tente quelques questions car je ne sais que faire avec toutes ces possibilités qui s'offrent à nous :
Je vais me trouver à Shikoku début juillet :
- Hiroshima : 2 soir et 3 soir, départ le 4 vers Shikoku (Ehime)
- Shikoku (Ehime) : 4 soir et 5 soir, départ le 6 vers Kagawa
- Shikoku (Kagawa) : 6 soir, 7 soir, 8 soir et 9 soir, départ le 10 vers Osaka
- Osaka : 10 soir et 11 soir, départ le 12 vers Fujiyama

Je me pose plusieurs questions : Nous pensions dormir sur l'île de Miyajima (à coté d'Hiroshima), connaitriez-vous des hebergements?
Comment aller sur Shikoku depuis Hirochima, le bateau est-il la meilleure solution ?
Une fois dans Shikoku, est-ce jouable de faire 2 jours dans la préfecture de Ehime (trop; pas assez) et de prendre le train pour Kagawa (pour y passer 3 jours)
Enfin, pour aller sur Osaka, nous pensions prendre le train, remonter vers Okayama pour passer par le haut... pensez-vous que c'est une bonne idée.
Une autre option semblait sympatique, prendre la voiture, mais les conditions de délivrance du "permis Japonais" + rouler à gauche + interdiction de stationner + ... nous font penser que le train est la meilleure solution. Qu'en pensez-vous?

Merci de votre patience lors de cette lecture et des éventuelles réponses que vous pourrez y apporter.
Très bonne soirée
Amicalement
Aurélie

annonce automobile 27/10/2011 16:15



Super article, j'ai adoré.


Je suis fan du Japon du coup tout ce que je peu apprendre sur ce merveilleux pays est bon à prendre.


Un voyage au Japon c'est mon rêve mais je n'ai malhereusement pas encore eu la chance de la réalisé.


 


Je viendrais régulièrement sur ton blog pour voir les nouvelles que tu met en ligne avec j'espère plein de photos!


Bonne journée



David 26/09/2011 11:07



J'avoue que quand tu as commencé par les quatre nouveaux personnages de manga j'ai eu un peu peur (perso, je croiserais Miss Sanuki dans la rue, je ne la reconnaîtrais pas).


Mais le reste de ton article est magnifique et si tu écris ça avant d'y aller, qu'est-ce que ça va être après :-)


 


"Les gens bien vont à Shikoku"


Citation du jour, voire de la
semaine.



Zazen Rouge 26/09/2011 14:50



Merci pour ton commentaire David, ça m'encourage beaucoup pour la suite! Les personnages gijinka étaient une concession à mes lecteurs friands de mangas, mais je dois avouer que si la
chose m'amuse, je suis nettement plus intéressée par les aspects moins superficiels de Shikoku :p J'ai hâte de pouvoir prendre le temps de découvrir les choses sur place!