お茶三昧 – O-cha zanmai : Du thé à gogo !

Publié le par Zazen Rouge

 

Cela fait maintenant deux jours que Nicolas, Thierry et moi abusons des services de la Fondation Culturelle Chûjô. Chûjô-sensei est un homme de thé très ouvert qui préfère promouvoir le thé auprès de toutes sortes de publics (néophytes, enfants, voire étrangers!) plutôt que de le réserver à une élite. En voici une preuve éclatante : il nous laisse en charge de faire le thé pour une cérémonie du thé de 300 personnes demain ! A la fondation, on trouve une salle munie d'une table développée par l'héritier du patriarche de l'école Mushanokôji-senke. La cérémonie du thé implique habituellement d'être assis sur les tatamis, les jambes repliées sous les genoux. Mais cette pratique est douloureuse pour les personnes âgées, les amateurs, et la plupart des étrangers. C'est l'origine de la création du « Tenyûjoku », une table autour de laquelle les invités peuvent s'asseoir sur des tabourets et converser tranquillement avec leur hôte. Tenyûjoku (天遊卓/点遊卓), selon les caractères employés pour l'écrire, peut signifier « la table des amusements célestes » ou encore « la table où l'on s'amuse avec le thé ».

Ocha-zanmai 0177La table Tenyûjoku, pour un thé en toute convivialité!

La fondation regorge d'objets rares qui attiseraient la convoitise de plus d'un conservateur de musée. Il y a dans l'attrait pour les accessoires de thé quelque chose qui a de la frénésie du collectionneur. Mais pour Chûjô-sensei, les objets sont surtout des prétextes pour lancer des conversations. Bols et cuillères possèdent leur propre histoire, leur personnalité, et sont les objets d'anecdotes fascinantes. Pendant que les garçons se rendaient à une démonstration de kendô, je suis restée discuter avec le maître de thé, qui m'a montré un bol akaraku (赤楽 - technique spéciale d'émaillage aux tons rougeâtres) orange et noir. « Celui est une copie d'un bol très célèbre qui se nomme Kimamori [« protection de l'arbre »]. Autrefois, les paysans laissaient un unique fruit sur les arbres à kakis pour que la prochaine récolte soit abondante. Ce fruit était appelé « kimamori ». Avant sa mort, le grand maître de thé Sen-no-Rikyû a demandé à ses élèves de choisir chacun un de ses bols. Un seul récipient orange est resté sans nouveau maître, et Rikyû lui a habilement donné le nom de Kimamori ».

Ocha-zanmai 0198La copie du bol Kimamori, accompagnée d'un récipient à eau pure réalisé par la mère de Chûjô-sensei

Chûjô-sensei m'a montré ensuite un autre ustensile qu'il utilise comme plat à pâtisseries. Ce plat en forme de coquillage est l’œuvre d'un grand artisan de l'ère Edo (1600 – 1868), Tamakaji Zôkoku, qui était très connu pour son travail admirable sur les laques. Cet homme aux allures si sérieuses ne manquait pourtant d'humour : au fond du plat est gravé un éléphant qui montre ses fesses au spectateur en le regardant d'un air narquois ! Il s'agit d'un jeu de mot sur le « zô » de Zôkoku, qui est le caractère pour « éléphant ».

Ocha-zanmai 0181Le fameux plat éléphant, dont je n'ai pas photographié l'intérieur... Devinette: parmi les bols présents sur cette photo, l'un d'entre eux vaut plus de 8000 euros. Saurez vous deviner lequel?

 Nous avons aujourd'hui pris part à toutes sortes de cérémonies du thé différentes, à commencer par celle que les lycéens du club de thé du lycée Kôgei organisaient pour la fête de l'artisanat de leur établissement. L'une des élèves était la créatrice de la boîte à thé utilisée, une laque représentant des sanma (un genre de maquereau pêché en automne) bondissant vers le reflet de la lune ! Nous sommes ensuite retournés à la Fondation Culturelle Chûjô, où nous nous sommes fait servir le thé par des enfants de primaire. Il me faut avouer qu'ils se débrouillaient bien mieux que moi...

Ocha-zanmai 0242Il n'y a pas d'âge pour apprendre la cérémonie du thé!

La pâtisserie était d'ailleurs un peu inhabituelle, puisqu'il s'agissait d'un zenzai, une soupe sucrée de haricots rouges et de morceaux de pâte de riz consommée au Nouvel An. Novembre est un peu la nouvelle année des gens de thé, puisqu'il s'agit du passage du furo (風炉 – bouilloire utilisé au dessus du tatami) au ro(炉 – bouilloire posée au fond d'une ouverture dans le tatami), des saisons chaudes aux saisons froides. Petite particularité du zenzai en cérémonie du thé : on le mange dans un bol à l'aide de deux baguettes différentes. La première, le kuroyôji, est partiellement couverte d'écorce et implique que la pâtisserie qui l'accompagne est une omogashi (主菓子 – pâtisserie principale, un peu plus importante que les sucreries higashi). Comme elle ne s'utilise pratiquement jamais en paire, mais que le zenzai serait un enfer à déguster autrement, on lui adjoint une autre baguette en bois de cèdre japonais dite hinokiyôji.

Ocha-zanmai 0238Le zenzai, accompagné de ses baguettes dépareillées

Nous avons terminé notre ronde des réunions de thé chez l'un des trois clubs de cérémonie du thé de l'Université de Kagawa, qui pratique le style Sekishû-ryû. Ni Thierry, ni Nicolas, ni moi n'avions jamais assisté à ce genre de présentation, vu que les écoles Omote, Ura et Mushanokôji sont de loin les plus répandues. Le style Sekishû-ryû a été fondé par Katagiri Sekishû au début de l'ère Edo et, tout comme le style Sôhen-ryû, est proche de la tradition des samouraïs. Les étudiants du club ont été adorables, en s'excusant de n'avoir d'autres gâteaux que des biscuits alors que nous avions débarqué sans crier gare au milieu de leur entraînement hebdomadaire !

Ocha-zanmai 9275Les élèves de l'Université de Kagawa ne badinent pas avec le thé!

Sur ces deux jours chargés, nous avons tout de même trouvé le moyen de pratiquer un peu nos gestes d'hôtes de thé à la fondation sous les conseils de la patiente Kitamura-sensei. Car nous avons une cérémonie à mener demain, Thierry et moi en tant qu'hôtes (亭主 – teishu) et Nicolas en tant qu'assistant des hôtes (半東 – hantô). Heureusement que mes deux comparses maîtrisent le rôle, parce que ce n'est pas du tout gagné de mon côté !

 

Publié dans Shikoku Muchujin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chanoyucomptoirjaponais 02/07/2013 10:26


Bonjour Zazen rouge,


 


Excusez-moi de mettre ce message ici, mais la rubrique contact ne fonctionne pas apparement (not delivery).


Je me permets de vous écrire pour vous informer de la fermeture de mon e-boutique www.chanoyu.fr :(


Si cela vous intéresse, tous les produits sont à prix coûtant pour les soldes (nous fermons début août).


Je pars sur un projet d'association franco-japonaise (Bordeaux) pour la rentrée ou du moins avant la fin de l'année civile.


Je voulais vous remercier pour avoir eu la gentillesse de parler de mon entreprise sur votre blog et d'avoir accepter notre échange amical.


En vous souhaitant une bonne continuation, @ très bientôt j'espère !


Bien cordialement,

海子 Okasan 16/11/2011 10:37



Je remarque que le souci de transmettre la tradition aux jeunes générations, est de mise! Ce côté de "transmission" est très présent au Japon dans beaucoup de domaines. Ceci est très important.



David 13/11/2011 09:16



Je profite d'une connexion passagere pour te dire que tu t'en es tres bien sortie aujourd'hui. Omedeto!


Et ce fut un plaisir de te rencontrer, meme si c'etait tres bref. Tres certainement a plus tard dans la semaine. 



Zazen Rouge 14/11/2011 17:02



J'étais ravie de faire votre connaissance à tous les deux, et je m'excuse de n'être passée qu'en coup de vent m(_ _)m Nous devrions avoir le temps de discuter plus amplement cette semaine!
J'espère que votre installation se déroule pour le mieux ;)



Thierry 12/11/2011 23:37



Julia, tu vas assurer aujourd'hui au Ochakai, je n'en ai aucun doute. Tu vas assurer, comme tu le fait chaque soir sur ces pages foisonnantes d'informations.


Merci de nous faire partager tout cela. Yoroshiku Oneigaishimasu m(_ _)m